Portada
ÚLTIMO ÁLBUM

Inter-Celtic 2014

Le 15 février, Carlos Núñez jouera en tant que soliste avec l’Orchestre Philarmonique de Galice au théâtre Amadeo Roldán de La Havane. Pour la première fois, Carlos jouera son répertoire symphonique avec un orchestre galicien, après avoir joué avec des orchestres en Allemagne, aux Etats-Unis, au Japon, en Italie, en France, au Royaume-Uni…

Carlos a donné son premier concert à Cuba en 1993, au Théâtre García Lorca du Centre Galicien de La Havane. Il avait alors invité La Vieja Trova Santiaguera qui avait interprété avec lui Para Vigo me Voy, de Leucona, une chanson pratiquement oubliée en dépit de son grand succès quelques dizaines d’années auparavant. Depuis que Carlos l’a enregistrée pour son premier disque, elle est redevenue le grand paradigme de la musique «émigrante».

Au cours de sa visite à Cuba il y a quinze ans, Carlos a découvert la musique galicienne des émigrants dont l’intérêt le plus évident est la fusion avec les musiques d’Amérique Latine : un des meilleurs exemples en est la chanson Galleguita, une «cubanisation» de Unha Noite na Eira do Trigo, certainement la chanson qui s’est le mieux intégrée à Cuba.

Ce voyage lui a également permis de découvrir que les émigrants avaient conservé des façons archaïques de jouer la musique galicienne qui avaient disparu en Galice après la guerre civile. C’était particulièrement frappant à Cuba où vivaient alors encore quelques gaiteros galiciens très âgés –certains centenaires comme Clemente Brañas– : ils jouaient dans un style qui n’existait déjà pratiquement plus en Galice. Un film documentaire a été consacré à ces gaiteros : Los últimos Gaiteiros de La Habana, primé en Espagne en 2004. Carlos y apparaît en Galice accompagné d’Eduardo Lorenzo, l’un des derniers encore en vie à ce moment là. Il ne doit quasiment plus en rester aujourd’hui.

Après son premier voyage, Carlos avait fait part de ses découvertes à Paddy Moloney, des Chieftains, et à Ry Cooder, avec lesquels il enregistrait à New-York. Tous deux ont été intéressés et se sont mis au travail pour enregistrer, en 1995, avec tous les Chieftains et des musiciens cubains (Omara Portuondo, Cachaíto, Pancho Amat, Richard Egües…), différents thèmes pour le disque «Santiago» qui a remporté un Grammy Award. Ry Cooder est retourné à Cuba un peu plus tard pour enregistrer, avec certains de ces mêmes musiciens cubains, «Buena Vista Social Club».

Aujourd’hui, cette connexion inexplorée de la musique galicienne avec l’Amérique Latine grâce à nos émigrants fait déjà partie de notre imaginaire.

Share |